Kazakhstan
Catastrophe écologique et énergie du futur

Le récit
Et autres petites choses trouvées au fond des poches


À la base on voulait aller visiter l'exposition internationale d'Astana, et puis, quitte à aller si loin, autant profiter de visiter un peu le pays. Du coup on fait un tour au Kazakhstan. On ne prévoit rien si ce n'est les billets de train et le logement d'Astana. Arrêt prévu à Aralsk, Turkestan, Chymkent et Astana, bien sûr. Et on s'arrête en Russie à l'aller à Samara et au retour à Omsk, histoire de couper un peu le trajet. De plus, on évite la Biélorussie à l'aller car les Russes demandaient aux étrangers de rentrer dans le pays par des postes occupés habités et le train ne comptait pas là-dedans (les Biélorusses ayant autorisés les étrangers à rentrer dans le pays sans visas lorsqu'ils passent par l'aéroport, cette décision contrarie la communauté douanière entre ces deux pays). On passe donc par la Baltique !

Train de nuit pour Hambourg, on rentre en Suède par Helsingbørg en prenant le ferry depuis Helsingør, pour aller ensuite jusqu'à Malmö, et en train de nuit jusqu'à Stockholm où le déjeuner nous sera servi à l'hôtel en face de la gare (très très bien !). On profite de notre visite dans la capitale suédoise pour fair un tour en bateau dans les îles environnantes, où nous visiterons le château de Vaxholm, et avec un retour en bâteau à vapeur. S'en suit une nuit en bateau jusqu'à Tallinn, et une petite visite de la ville. Et, enfin, train de nuit jusqu'à Moscou, d'où l'on part pour Serguiev Possad visiter un des monastères de "l'Anneau d'Or".

On continue avec le train de nuit qui nous mène à Samara qui nous accueille sous des trombes d'eau et avec facilement 10°C de moins… 5 nuits de voyage de suite pour bien nous mettre dans le bain !
Samara c'est une ville en travaux car elle va accueillir des matches du championnat du monde de football en 2018. Mais c'est surtout une ville au bord de la Volga avec des plages de sable et un aménagement, datant en général de l'ère soviétique, plutôt agréable. C'est aussi une ville importante du Tatarstan. On prend un bateau jusqu'à l'autre rive (30 minutes tout de même) où on se fait inviter boire le thé (plutôt sympa), et où on se promène un moment.

Après deux jours passés dans cette ville, on prend le train pendant 30 heures jusqu'à Aralsk. Nous arrivons à 21h30 dans une petite ville qui n'a qu'un hôtel. On espère qu'il reste de la place… Ce qui est le cas étant donné qu'on doit être les seuls clients dans ce qui s'avère finalement comme étant un trou perdu ! Et on va chercher la mer éponyme… Il reste peu de vestiges, juste beaucoup de moustiques. Nous marchons dans cette ville de long en large, visitons le bazar, le parc de l'ancien port, le musée de la ville (celui du port est fermé). Et on fait la sieste : il fait 45°C l'après-midi et on reste tranquille, comme la population, pour sortir le soir chercher le frais…

Suite du voyage en train de nuit, comme d'habitude, jusqu'à Turkestan, suivi de l'habituelle recherche d'un hôtel. Nous nous promenons ensuite dans les rues (il n'y a pas vraiment de centre-ville) et visitons le très beau mausolée de Khodja Ahmad Yasawi et de ses environs. Nous nous offrons aussi des moments de détente avec un verre de kvas et des chachliks, et profitons de visiter l'énorme bazar.

Puis, train de jour, cette fois, jusqu'à Chymkent. On a d'ailleurs failli le louper ! Et on reprend un peu le même programme : pas de centre-ville comme nous l'entendons, visite des rues et du bazar, détente autour de bières et de chachliks. On marche jusqu'au stade car derrière il y a le train des enfants, qui ne fonctionne plus… On souhaitait visiter l'unique musée mais il a déménagé à 10 km de là, vers l'hippodrome ! Puis on se rend à Saïram où il y a de vieilles mosquées, de vieux minarets, de vieux mausolées.

Train de nuit jusqu'à Astana. La gare est neuve, la police, bien que tout-à-fait cordiale, est sur nos talons. Nous arrivons le jour de la fête de la capitale qui célèbre en fait l'anniversaire du président (et de ma mère). Le but de notre voyage : nous visito de l'Exposition internationale : une immense boule de huit étages (le pavillon du Kazakhstan) entourée de quatre pétales (les pavillons invités) sur le thème l'énergie du futur. Il y a des pays qui se donnent de la peine, et d'autre où l'on est plus déçu. Le pavillon Suisse est un peu moyen, moyen (mais on est peut-être exigeant). Malgré la queue on visite le pavillon du Kazakhstan grâce aux passes-droit que nous donne notre fille d'une année et demie !

On visite aussi l'hôpital pédiatrique d'Astana. Hospitalisation d'une quarantaine d'heures. On aurait souhaité visiter la "vieille ville", trouver un lieu de vie, mais les soignants ne nous laissent sortir uniquement parce qu'on rentre à la maison… Donc, après la sortie de l'hôpital et un dernier rapide détour par l'Expo, on prend le train jusqu'à Petropavl puis jusqu'à Omsk.

Arrivée sous la pluie, et on a perdu facilement 10°C ! On trouve un hôtel au bord de la XX. On aimerait prendre le bateau pour faire un tour, mais impossible de comprendre les horaires et personne pour nous aider… On se promène en ville, on visite un musée, une église, une zone piétonne. On part aussi visiter le monastère de d'Achairsky, qui présente un joli ensemble de construction. On y trouve aussi des sources d'eau chaude. Il est situé au milieu de rien et on espère que des bus nous ramènerons en ville…

Le retour est rapide : deux nuits de train jusqu'à Moscou suivi directement d'une nuit jusqu'à Berlin où on prend un vieux métro à nouveau en service régulier (le même qu'ils ont donné à Pyongyong). Nous visitons de l'IGA, une floralie internationale. En plus des plantes, on y trouve des animaux et de la prairie. Et il a même été construit un téléphérique qui sera démonté à la fin de l'exposition. Dernière nuit de train jusqu'à la maison.

Complétement épuisé par ces aventures ! (c'est quand qu'on repart ?)